ל"נ אבי מורי אהרן בן יעקב ז"ל
Le Calendrier Juif בע"ה
présentation | horaires | anniversaires | convertisseur | fêtes | agenda | télécharger | développeur | blog
fêtes
  solennités et célébrations
  Rosh Hashana
  Jeûne de Guédalia
  Yom Kipour
  Souccot
  Hoshaâna Rabba
  Shemini Atséret
  Simhhat Torah
  Hhanouka
  Jeûne de Tevet
  Tou biShvat
  Pourim
  Pessahh
  'Omer
  Yom HaShoa
  Yom haZicaron
  Yom haÂtsma'out
  Lag ba Omer
  Shavou'ot
  Jeûne de Tamouz
  Tisha bé Av
 
Lag ba Omer

Selon le Talmud[27], vingt-quatre mille étudiants de Rabbi Akiva moururent en une courte période, parce qu'ils ne se témoignaient pas mutuellement le respect approprié. Tous trouvèrent la mort entre Pessahh et Shavou'ot, par une intervention de D.ieu qui sévit pendant la période du 'Omer.

Les Sages ont instauré la commémoration de cet épisode, car la cause de ces nombreuses morts leur était intelligible et non pas mystérieuse ; ils ont estimé primordial de souligner ce principe fondamental de la Torah, qui commande d'aimer son prochain comme soi-même.

La terrible épidémie prit fin le 33ème jour du Omer (le 18 Iyar). C'est pourquoi, les trente-trois premiers jours du 'Omer constituent une période de semi-deuil : on évite les réjouissances, mariages, musique, on ne se coupe pas les cheveux, les hommes évitent de se raser. Le soir du 33ème jour, en revanche, l'on fête la fin de ce deuil avec des banquets et des joies.

Le nombre 33 s'écrit en hébreu ל"ג, qui se prononce lag.

Lag ba'Omer
cliquez pour changer l'année
cliquez pour changer l'année
: le dimanche 14 mai.
Références  
27 : Yevamot 62b ( hébreu )
« [...] Rabbi Akiva avait douze mille paires d'étudiants de Guébat à Antipras. Tous moururent en même temps, parce qu'ils ne se comportaient pas avec respect entre eux. Et le monde fut vide [de Torah] jusqu'à ce que Rabbi Akiva alla trouver nos Rabbis qui étaient au sud, et leur enseigna [la Torah]. [Et ces derniers survivants étaient ] Rabbi Méïr, Rabbi Yéhouda, Rabbi Yossé, et Rabbi Shimon [bar Yohhaï] et Rabbi Elazar ben Shamoa. Ils furent ceux qui maintinrent [vivante] la Torah en ces moments [difficiles].  »